VISITE À L’HÔPITAL EN JUILLET 2018

juillet 20, 2018


VISITE À L’HÔPITAL EN JUILLET 2018 – 
Par Bernard Bujold – 
Qu’est-ce qui est le plus difficile à vivre? Une salle d’attente d’hôpital pleine à craquer ou une salle vide qui n’attend que vous… 
L’ambiance d’une salle vide peut parfois être inquiétante tellement le « calme en milieu urbain » (surtout dans un hôpital) est aussi un signe de « l’absence de vie »! 
Il y a quelques années, j’avais fait un séjour à l’Hôtel-Dieu pour un problème de santé aujourd’hui terminé. Après mon séjour, au cours des années qui ont suivi, je suis retourné à l’Hôtel-Dieu rencontrer mon médecin spécialiste pour vérifier la situation. 
Cette année, à l’occasion de la visite finale, j’ai eu la surprise de constater le grand calme de la salle d’attente habituellement débordante d’activité. Il y a deux ans lors de ma visite, j’y avais même rencontré une vedette de la télévision et un grand directeur de musée qui attendaient en même temps que moi… Cette année, quelques « quidams » et deux préposés en plus du médecin avec sa liste de rendez-vous mensuels. 
Pour faire une histoire courte, certains locaux de l’ancien Hôtel-Dieu continuent d’être utilisés par les médecins pour rencontrer leur patient mais il n’y a plus de soins. D’ici 4 ans, ces bureaux seront aménagés sur le site de l’ancien St-Luc et tout sera regroupé sous la bannière du CHUM. 
Évidemment, ce sera un peu moins calme pour les visiteurs… 
VOIR PHOTOS SALLE D’ATTENTE HÔTEL-DIEU 

Publicités

CONSTRUCTION CIRCUIT GILLES VILLENEUVE 2018

juillet 19, 2018


CONSTRUCTION CIRCUIT GILLES VILLENEUVE 2018 –
Par Bernard Bujold –
Après la destruction, vient la construction! Le chantier est commencé sur le circuit de course automobile Gilles Villeneuve à Montréal et les équipes de construction ont remplacé celles de démolition des anciens garages. Selon les responsables, les nouveaux « paddocks » seront magnifiques! J’adorais les anciens mais il faudra voir…. 
À suivre! 
VOIR PHOTOS CONSTRUCTION


FESTIVAL DES FILMS DU MONDE 2018

juillet 17, 2018

  

FESTIVAL DES FILMS DU MONDE 2018 
Par Bernard Bujold –

 » BRÛLER LA FERME PLUTÔT QUE DE L’ABANDONNER AUX ENVAHISSEURS QUI ATTAQUENT… » 

-Le fondateur du Festival des films du monde de Montréal (FFM) Serge Losique se bat encore une fois contre vents et marées pour présenter son événement édition 2018. L’homme âgé de 87 ans n’a rien perdu de sa fougue et de son énergie malgré l’abandon de l’establishment du cinéma québécois à son égard! 
Serge Losique fait penser à un capitaine de vaisseau qui continue de rester à la barre malgré la fuite à la mer de son équipage. 
Serge Losique, comme tous ceux qui ont crée une oeuvre exceptionnelle et qui en vieillissant (le créateur) la voit convoiter par d’autres, se défend pour sa survie. Il existe plusieurs autres cas du genre et l’exemple qui me vient à l’esprit est celui de Steve Jobs avec Apple lorsque Steve Scully (que Job avait recruté pour l’assister) a voulu prendre sa place. Scully avait même mis Job à la porte. Par la suite, quelques années plus tard, lorsque Apple faisait face à la en faillite, Jobs avait accepté de revenir sauver Apple mais à une condition: que Scully soit mis dehors… Steve était dans sa force l’âge et il a réussi à se venger de l’injustice et relancer l’empire Apple que l’on connait aujourd’hui. 
Dans le cas de Serge Losique, l’establishment québécois, avec Alain Simard (Festival de Jazz) comme leader, a voulu lui prendre son projet en 2005 et il a échoué. Mais le « deep state québécois » lui a alors fait couper les subventions gouvernementales et le FFM ne s’en est jamais remis. Les problèmes du FFM ont commencé avec la coupe des subventions. Aucun événement culturel ou institution (musée, orchestre, théâtre) ne peut fonctionner sans subvention. Dans l’histoire du FFM, l’absence de subvention dure depuis 13 ans… 
Serge Losique et son équipe d’alors croyaient sincèrement qu’ils parviendraient à retrouver les subventions et Losique a financé l’événement avec son propre argent tout en réduisant année après année l’envergure de son Festival pour en arriver à un modèle comme l’an dernier en 2017 et comme ce que sera l’édition 2018. 
Le trésor tant convoité de Losique est la licence exclusive du festival qui est un peu comme une franchise de hockey. La seule licence de festival mondial de compétition en cinéma « classe A » pour le Canada est à son nom. Le FFM a été créé en 1977 et il fait partie d’un groupe restreint de festivals compétitifs reconnus par la F.I.A.P.F. (Fédération Internationale des Associations de Producteurs de Films) comme Cannes, Berlin ou Venise. La Fédération mondiale n’a jamais accepté les nombreuses demandes de l’establishment québécois pour qu’on enlève la franchise à Losique et la donne à un autre groupe. Même Toronto malgré son grand succès avec leur festival de film n’a qu’une licence de non compétition. C’est d’ailleurs la raison de l’échec du projet du groupe de Simard, il n’avait pas de licence catégorie A. 
Avec les années, l’équipage du FFM « a sauté » à la mer et Serge est aujourd’hui le capitaine d’un vaisseau abandonné. 
La « guerre » de 13 ans a totalement détruit le festival et aucune des deux parties: Losique d’un bord, et le « deep state du milieu artistique québécois » de l’autre, n’ont voulu céder et chacun croyait que l’autre céderait. Finalement le butin convoité s’est endommagé pour devenir un objet déformé et une sorte de pot cassé en miettes qui n’a plus aucune valeur. Ma prédiction: Serge Losique va mourir avec son Festival d’ici quelques années et la franchise catégorie A va simplement quitter Montréal pour ne jamais être renouveler avec aucune autre organisation du cinéma québécois. La Fédération mondiale de cinéma n’a pas besoin d’avoir un Festival à Montréal comme tel. C’est ce que l’on appelle « ne pas avoir de gagnant dans une guerre! 
Losique s’est senti « violé »et « volé » par l’establishment en 2005 et, compte tenu de sa personnalité, il ne cédera jamais le FFM. 
Une chose est certaine en ce qui concerne Losique. Il n’est pas à l’argent mais à l’honneur, l’honneur étant ici la survie de son festival de cinéma avec lui à la barre. S’il avait été mercantile, comme Gilbert Rozon par exemple avec Juste pour rire, et même Alain Simard avec le Festival de Jazz, Losique aurait vendu sa franchise dès 2005 alors que l’événement avait une grande valeur monétaire et il finirait sa vie sur sa ferme dans les Cantons de l’Est à contempler les arbres. 
Losique est une sorte de héros kamikaze dans sa pensée de vie: « Brûler la ferme plutôt que de l’abandonner aux envahisseurs qui attaquent! » 
Pour conclure, moi je continue d’admirer Losique dans son combat. Si quiconque d’autre avait créé un projet de vie qu’on aurait voulu lui voler, je l’admirerais tout autant! Le FFM 2018 se déroulera du 23 août au 3 septembre prochain. 
À suivre… 
VOIR PHOTOS


DONALD TRUMP ET VLADIMIR PUTIN – LA RENCONTRE DE JUILLET 2018

juillet 16, 2018


DONALD TRUMP ET VLADIMIR PUTIN
Le Sommet du 16 juillet 2018 a été un succès selon les deux leaders. 
La question maintenant: « Quelle est la prochaine étape? » 
À suivre 
VOIR PHOTOS ET REPORTAGE


LA PRESSE EN 2018

juillet 15, 2018


LA PRESSE APPARTIENT MAINTENANT UNE FONDATION – 
Par Bernard Bujold – 
LA PRESSE est officiellement devenue la propriété d’une fondation et joint ainsi les rangs du journal Le Devoir dans la course aux demandes de dons. On peut présumer que si un commanditaire donne un don à l’un, l’autre s’empressera de demander la même générosité… 
La question qui se pose: « Est-ce que La Presse devra réduire son envergure et le nombre de ses employés pour survivre? 
À suivre! 
VOIR REPORTAGE


PROMENADE SUR LE LAC

juillet 13, 2018


PROMENADE SUR LE LAC –
Pat Bernard Bujold –
La saison estivale 2018 est magnifique et rien de tel pour bien profiter du mois de juillet qu’une petite promenade sur le lac autour du chalet! 
Vive l’Été 2018! 
VOIR PHOTOS


AU REVOIR GILLES VILLENEUVE – 2018

juillet 10, 2018


AU REVOIR GILLES VILLENEUVE – 2018 
Par Bernard Bujold- 
Ceux qui ont connu les belles années du circuit Gilles Villeneuve jusqu’à la course de 2018 devront dire adieu aux vieilles installations qui ne sont maintenant que souvenir. En effet, les équipes de démolition ont complètement rasé au sol les anciens garages. Bien sûr il y aura de nouveaux garages mais je suis un romantique et j’adorais les anciens paddocks… 
VOIR PHOTOS