HÔTEL ST-JAMES DE MONTRÉAL VENDU…

juin 3, 2015


Par Bernard Bujold (LeStudio1) –
Lucien Rémillard a réussi un autre bon coup en vendant son hôtel Le St-James de Montréal pour 24 millions$ au promoteur immobilier Vincent Chiara qui a pour sa part signé un bail d’exploitation à long terme du restaurant et de l’hôtel avec le propriétaire des restaurants KEG David Aisenstat de Vancouver. 
Rémillard avait acheté l’édifice (une ancienne banque) pour 2 millions$ en 1999 et il l’avait converti en hôtel boutique avec l’aide de sa conjointe de l’époque. 
L’établissement était plus ou moins anonyme parmi les autres petits hôtels boutiques du Vieux Montréal jusqu’au jour où les Rolling Stones avait voulu louer un étage complet du fameux Ritz pour leur passage à Montréal. Le Ritz avait refusé en disant qu’il n’avait pas de place à cause des rénovations et on avait plutôt suggéré de s’adresser à un petit hôtel boutique naissant situé dans le Vieux Montréal, le St-James. Rémillard avait saisi l’occasion et offert tout son hôtel au groupe anglais.La légende de l’hôtel a alors pris naissance… 
Photo 1: Lucien Rémillard et Hôtel St-James;
Photo 2, 3, 4 et 5: Hôtel St-James Montréal;
VOIR REPORTAGE LE JOURNAL DE MONTRÉAL;


L’ÉTÉ 2015

juin 2, 2015


Par Bernard Bujold (LeStudio1) – 
La saison estivale 2015 arrivera en ville le 21 juin prochain. Mais dans la réalité, la saison estivale a déjà commencé bien avant! 
Pour moi l’été, ce sont les courses de chevaux pour la Triple Couronne américaine; le tournoi de tennis à Roland Garros; le Grand Prix F1 du Canada à Montréal; et les pique-niques sur le bord du lac. 
Pour moi, fin juin avec la fête nationale des Québécois et quelques jours plus tard le 1er juillet la Fête du Canada marquera plutôt la fin de toutes les activités marquantes de la saison estivale… 
C’est pourquoi, je vous souhaite à tous et toutes une « Belle saison d’été 2015 », dès maintenant! 
Photo 1: Mademoiselle X LeStudio1 et Bernard Bujold;
Photo 2,3,4 et 5: Chalet près du lac;
VOIR ALBUM PHOTOS;


JACQUES PARIZEAU (1930-2015)

juin 2, 2015


Par Bernard Bujold (LeStudio1) – 
Je n’ai jamais vraiment connu Jacques Parizeau en tant que politicien car ma personnalité se rapproche plus de celle de René Lévesque mais j’ai eu l’occasion de croiser Parizeau à quelques occasions en dehors de la politique. 
Une anecdote décrit bien la rigueur du personnage. C’était en 1998 et je fréquentais l’atelier d’un très grand artiste québécois qui m’avait dit vouloir créer une fondation pour assurer la suite de son oeuvre après sa mort (il est encore vivant aujourd’hui…). 
Le vieil artiste m’avait aussi confié ne pas avoir fait de déclaration d’impôt depuis environ 20 ans mais il voulait régulariser sa situation et créer du même élan la fondation pour assurer la relève. 
J’ai donc contacté une autre amie artiste dans le cinéma que je savais être une proche de Jacques Parizeau. Pourrait-elle demander à monsieur Parizeau s’il accepterait de présider la future fondation du célèbre artiste québécois? 
Il paraît que Parizeau était fort heureux de l’invitation jusqu’au moment où mon amie en cinéma a ajouté que l’artiste célèbre ne faisait plus de rapport d’impôt depuis deux décennies… Ce fut alors un non catégorique ! 
Une autre anecdote plus récente mais démontrant encore une fois sa grande rigueur est celle où je l’avais croisé en ligne d’attente à la Banque Nationale. Lorsque ce fut à son tour, j’entendis Parizeau demander à la caissière de déposer un chèque de 10,000$ (probablement le cachet d’une conférence) spécifiquement dans son compte identifié « communication » démontrant qu’il tenait bien à jour sa comptabilité personnelle et d’une façon très structurée. 
Un très grand Québécois nous a quitté!
Photos 1 et 2: Jacques Parizeau;
VOIR REPORTAGE JOURNAL DE MONTRÉAL;