LECTURE DU WEEK-END – Le Journal de Montréal et les autres…


Par Bernard Bujold (LeStudio1.com) –
J’aime bien lire quelques journaux papier durant le week-end et mes préférés sont The New York Times, The Wall Street Journal et, pour ses reportages sur les voyages et la vie en Europe, je lis parfois The Financial Times. J’adore les entrevues réalisées dans un restaurant avec une personnalité d’envergure internationale différente à chaque samedi. 
Finalement, pour me tenir connecter avec mon monde rapproché, je lis toujours La Presse papier du week-end ainsi que, parfois, Le Devoir. 
Ce matin, un voisin qui connaît mes anciennes vies m’a demandé si je voulais qu’il me donne la copie du Journal de Montréal qu’il avait ramené du dépanneur. 
Pourquoi ce matin? Parce que c’est le 50e anniversaire de création de ce journal (lundi 15 juin 1964) et que le fondateur est en page couverture. 
Évidemment il fut une époque où je lisais Le Journal de Montréal religieusement. C’était ma vie, dans une autre vie… 
J’ai feuilleté le Journal de ce samedi 15 juin 2014 et je me suis arrêté sur les images de la fête organisée cette semaine dans le Vieux-Montréal. Ce fut une sorte de choc mais surtout de tristesse. Personne des gens de mon époque n’étaient présents sur les photos. Aucun des piliers du Journal n’étaient là! Les Jean-Philippe Décarie et Yvon Laprade (journalistes financiers), Jean-Paul Sylvain (pionnier de la section arts et spectacles), Raynald Leblanc (photographe), Martin Pelletier (promotion), etc… Même PKP n’était pas à la fête, lui qui a pourtant transformé l’institution! 
Évidemment il y a eu la grève et le nouveau Journal de Montréal installé dans de nouveaux locaux du Vieux-Montréal est évidemment « nouveau » avec une « nouvelle » équipe… Mais que fait-on des pionniers et de la petite histoire? Pierre Péladeau aimait les pionniers de son journal et il avait comme une relation paternaliste avec ses employés du Journal de Montréal. 
De son coin de paradis, il a certainement dû trouver la fête plate et comme il le faisait durant sa vraie vie lorsqu’il s’ennuyait, il quittait l’endroit. Pierre Péladeau a probablement quitté la cérémonie avant les discours par la porte arrière… 
Photo 1: Bernard Bujold et sa lecture du week-end;
Photo 2: Le Journal de Montréal ;
Voir biographie Pierre Péladeau ;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :