DAN BROWN – INFERNO et l’Île-du-Prince-Édouard…

mai 15, 2013


Par Bernard Bujold (LeStudio1.com) – 
Saviez-vous que Dan Brown a écrit le dernier chapitre de son nouveau livre INFERNO sur l’Île-du-Prince-Édouard? C’est un peu une énigme mais il le dévoile lui-même dans le livre et il a même publié une photo du terrain de golf de l’Île-du-Prince-Édouard sur son Facebook… 
À suivre! à
Photo 1: Bernard Bujold (LeStudio1.com) ;
Photo 2 et 3: Ile du Prince Édouard ;
Photo 4: Dan Brown ;
Voir site Facebook Dan Brown ;


DAN BROWN – INFERNO

mai 14, 2013



Par Bernard Bujold (LeStudio1.com) – 
Le nouveau livre de Dan Brown INFERNO est disponible un peu partout dans le monde, dont Montréal (mardi MAI 14,2013) dans les librairies (version anglaise). Selon le New York Times ce nouveau roman est très bon, même excellent!. Je vais le lire et je vous ferai part de mon appréciation. À suivre… 
Photo 1: Couverture du livre ;
Photo 2: Dan Brown ;
Photo 3 et 4: Librairie à Montréal ;
Photo 5. Bernard Bujold (LeStudio1.com) ;
Voir album photos LeStudio1.com 
Voir reportage The New York Times ;


GREGORY CHARLES – VINTAGE

mai 13, 2013


Par Bernard Bujold (LeStudio1.com) – 
L’artiste montréalais Gregory Charles présentera son nouveau spectacle dans le Vieux-Port de Montréal dès le 29 mai jusqu’au 30 juin. Gregory promet que VINTAGE sera inédit mais ce qui attire aussi l’attention est le chapiteau théâtre nouveau genre que s’est fait construire le chanteur directement en Allemagne. Le chapiteau aurait pu être en format tente comme le Cirque du Soleil mais il est plutôt en verre et métail ressemblant presque à un édifice permanent. Tout est cependant temporaire et consiste en un jeu d’assemblage un peu comme des blocs LEGO. Le concept est certainement intéressant et il faudra voir le résultat. 
Photo 1,2 ET 3: Théatre VINTAGE;
Photo 4: Gregory Charles ;
Voir reportage photos LeStudio1.com ;


LE HOMARD DE PRINTEMPS…

mai 10, 2013


Par Bernard Bujold (LeStudio1.com) – 
C’est la saison du homard et s’il y a une surprise c’est le prix très bas de ce crustacé!
Lorsque j’étais adolescent en Gaspésie, le homard était un met inaccessible à cause de son prix. Je me souviens que moi et mes amis allions sur les berges pour attraper des petits crabes que nous faisions ensuite cuire sur un feu de plage. 
La situation a bien changé en 2013. Le homard est devenu un met économique tandis que le crabe est pour fin gourmet. À preuve, le homard se vend 5,88$ le kilo en épicerie comparé au crabe qui se vend plus de 30$ le kilo. La sole que nous pêchions sur le bord des quais et relancions ensuite à la mer car personne n’en voulait se vend aujourd’hui près de 20$ le kilo… Conclusion: si l’envie vous prend de déguster du homard ce printemps, vous avez deux options. Vous louer un bateau et partez en mer avec un pêcheur et votre cage ou vous allez plutôt à l’épicerie du coin. Dans le cas du voyage en mer, l’expérience sera super excitante mais beaucoup moins économique! 
Bonne saison de printemps 2013!
Photo 1,2 : Homards de printemps 2013;
Photo 3: Bateau de pêche ;
Photo 4: Marché Provigo ;
Voir reportage photos LeStudio1.com ;


Gilles Vaillancourt – MAIRE DE LAVAL

mai 9, 2013


Par Bernard Bujold (LeStudio1.com) – 
L’ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt est tombé! Il a été arrêté tôt ce matin (jeudi 9 mai 2013). Plusieurs journalistes qui avaient appris l’intention des policiers d’agir ont cependant raté le coup même s’ils étaient arrivés sur place dès 5 heures du matin… 
J’ai bien connu le maire de Laval, dans une autre vie! En fait je l’ai connu à deux périodes: la première lorsque j’étais avec Quebecor et que nous avions une imprimerie très importante à Laval; la deuxième plus tard lorsque j’ai travaillé quelques mois pour une filiale de la ville, LAVAL TECHNOPOLE. 
De tous les politiciens que j’ai côtoyés dans ma carrière, Gilles Vailancourt fut le plus insaisissable. Il était évidemment un personnage puissant et cela se sentait mais autant il était aimable lorsque je représentais Quebecor, autant il était froid et autoritaire lorsque j’étais avec LAVAL TECHNOPOLE. 
Je ne suis pas resté longtemps avec la filiale de Laval car comme j’habitais la ville de Montréal, je suis rapidement devenu comme un infidèle, sinon aux yeux du maire, du moins aux yeux du directeur général de la filiale en question. 
En conclusion, on pourrait dire que Laval est comme une église. L’ex-maire de Laval était le pasteur (curé) de sa ville et ses citoyens étaient et sont encore ses fidèles car vivre à Laval se rapproche de l’acte religieux. Si on aime Laval, on est Lavallois au plus profond de son âme et on y croit. Personnellement, je n’étais pas un bon croyant… 
À suivre! 
Photo 1,2 et 3: Gilles Vaillancourt ;
Voir reportage La Presse ; 
Voir reportage Journal de Montréal ;


Julie Payette est nommée directrice au Centre des Sciences dans le Vieux-Port de Montréal…

mai 9, 2013


par Bernard Bujold (leStudio1.com) – 
Julie Payette est la nouvelle Directrice du Centre des sciences de Montréal. Elle entre en fonction le 15 juillet. 
Dans un sens, elle remplacera Claude Benoit mais sans la responsabilité des terrains du Vieux-Port. Une idée intéressante! 
Interrogé sur le sujet, la direction de la Société immobilière du Canada a précisé qu’il s’agit de création d’un nouveau poste. « Le poste de Directrice du Centre des Sciences est un nouveau poste au sein de la Société immobilière du Canada, alors Mme Payette ne remplace personne. Les activités et terrains du Vieux-Port relèveront du futur Vice-président principal de la Société immobilière du Canada, et encore, un nouveau poste. » 
Parmi les critiques à l’égard de la gestion par l’ex-directrice Claude Benoit, il y avait justement un voyage en Floride pour assister au lancement d’une navette dans l’espace avec Julie Payette à bord… 
On dit que Julie était une bonne amie du Centre des Sciences et de madame Benoit… 
Voilà que Julie prendra les commandes d’une partie de l’ancien vaisseau de Claude Benoit! Un peu plus et on se croirait dans un récit à la Star Trek! 
L’histoire ne dit pas si les deux commandants sont encore des amies? 
À suivre! Photo 1, 2: Julie Payette ;
Photo 3: Julie Payette, Jean-René Dufort et Claude Benoit;
Voir communiqué de presse ; 
Voir reportage CTV ;


Daniel Langlois et son club privé 357C

mai 6, 2013


 
par Bernard Bujold (LeStudio1.com) – 
L’homme d’affaires et philanthrope montréalais Daniel Langlois n’aime pas accorder d’entrevue mais il l’a fait avec La Presse afin de manifester sa colère concernant l’implication de son Club privé 357C dans les débats de la Commission Charbonneau sur la collusion dans l’industrie de la construction au Québec. 
L’histoire de Daniel Langlois est captivante et il faudrait un livre pour bien toute la saisir… Langlois est un cinéaste formation qui plutôt que faire des films a inventé un gadget d’animation 3D pour le cinéma. C’est Daniel Langlois lui-même qui qualifie sa création de gadget en ce sens que son invention n’a pas sauvé de vie mais simplement améliorer les outils de loisirs et d’amusement cinéma. 
C’était en 1986 et trois événements ont favorisé son projet: 
1. Les investissements financiers d’un groupe d’artistes québécois dont Yvon Deschamps pour lancer le groupe Softimage qui était en démarrage; 
2. L’utilisation par Spielberg du gadget de Langlois dans Jurassic Park; 
3. L’achat par Bill Gates de Softimage et Langlois qui s’est retrouvé avec une portion d’environ 130 millions$ du 200 millions de la vente. 
En ce qui concerne Yvon Deschamps, il faisait partie d’un groupe d’artistes québécois qui avaient déjà les moyens de leur risque. Le gars de Beau Dommage était aussi du groupe. La légende urbaine veut qu’un artiste sans trop de sous aurait voulu contribuer le 10,000$ d’une mise et pour y arriver il voulait hypothéquer sa maison. Langlois aurait refusé car il ne voulait que des investisseurs qui pouvaient se permettre de perdre leur mise sans aucune conséquence. Langlois admet avec le recul que sa création aurait pu ne jamais prendre envol et le 200,000$ du groupe aurait été classé simple perte et essai.
Jurassik Park aura été le déclencheur de la suite et du succès. 
Le Club 357 de Montréal devait être une grande résidence pour artistes au cachet international avec un maximum de 357 membres. Le projet a dû être modifié car il ne tenait pas la route sur le plan financier et l’établissement aura finalement et de façon discrète remplacé le fameux Club privé Le St-Denis de la rue Sherbrooke qui a connu en 2009 des difficultés de rendement financier et de perte de memberships avant de simplement devoir mourir de sa belle mort et fermer ses portes. 
Daniel Langlois que j’ai eu l’occasion de rencontrer à quelques reprises pour lui soumettre un projet en développement doit souffrir profondément! Il est un artiste, généreux mais exigeant et surtout et avant tout discret! Très discret! 
De voir son projet le 357C ainsi associé à la Commission Charbonneau est ni plus ni moins que la mort pour son établissement qui est en fin de compte un restaurant de luxe privé. 
Selon-moi, il devra attendre 5 ans avant que les dommages soient oubliés du public ou simplement changer de vocation et de nom d’établissement. Mais le restaurant a du plomb dans l’aile pour ne pas dire mortellement atteint. 
En conclusion, deux éléments: 
1. Le projet que j’avais proposé à Daniel Langlois avec mon groupe d’associés n’avait pas été retenu…; 
2. Je n’ai jamais été invité au fameux Club 357C!
À suivre… 
Photo 1: Daniel Langlois (2012) ;
Photo 2: Daniel Langlois (1986);
Photo 3,4 et 5: Club 357C (photo site internet du club privé);
Voir reportage La Presse ; 
Voir site Internet Club 357C
Voir reportage magazine Libération (février 2000) ;