Daniel Langlois et son club privé 357C


 
par Bernard Bujold (LeStudio1.com) – 
L’homme d’affaires et philanthrope montréalais Daniel Langlois n’aime pas accorder d’entrevue mais il l’a fait avec La Presse afin de manifester sa colère concernant l’implication de son Club privé 357C dans les débats de la Commission Charbonneau sur la collusion dans l’industrie de la construction au Québec. 
L’histoire de Daniel Langlois est captivante et il faudrait un livre pour bien toute la saisir… Langlois est un cinéaste formation qui plutôt que faire des films a inventé un gadget d’animation 3D pour le cinéma. C’est Daniel Langlois lui-même qui qualifie sa création de gadget en ce sens que son invention n’a pas sauvé de vie mais simplement améliorer les outils de loisirs et d’amusement cinéma. 
C’était en 1986 et trois événements ont favorisé son projet: 
1. Les investissements financiers d’un groupe d’artistes québécois dont Yvon Deschamps pour lancer le groupe Softimage qui était en démarrage; 
2. L’utilisation par Spielberg du gadget de Langlois dans Jurassic Park; 
3. L’achat par Bill Gates de Softimage et Langlois qui s’est retrouvé avec une portion d’environ 130 millions$ du 200 millions de la vente. 
En ce qui concerne Yvon Deschamps, il faisait partie d’un groupe d’artistes québécois qui avaient déjà les moyens de leur risque. Le gars de Beau Dommage était aussi du groupe. La légende urbaine veut qu’un artiste sans trop de sous aurait voulu contribuer le 10,000$ d’une mise et pour y arriver il voulait hypothéquer sa maison. Langlois aurait refusé car il ne voulait que des investisseurs qui pouvaient se permettre de perdre leur mise sans aucune conséquence. Langlois admet avec le recul que sa création aurait pu ne jamais prendre envol et le 200,000$ du groupe aurait été classé simple perte et essai.
Jurassik Park aura été le déclencheur de la suite et du succès. 
Le Club 357 de Montréal devait être une grande résidence pour artistes au cachet international avec un maximum de 357 membres. Le projet a dû être modifié car il ne tenait pas la route sur le plan financier et l’établissement aura finalement et de façon discrète remplacé le fameux Club privé Le St-Denis de la rue Sherbrooke qui a connu en 2009 des difficultés de rendement financier et de perte de memberships avant de simplement devoir mourir de sa belle mort et fermer ses portes. 
Daniel Langlois que j’ai eu l’occasion de rencontrer à quelques reprises pour lui soumettre un projet en développement doit souffrir profondément! Il est un artiste, généreux mais exigeant et surtout et avant tout discret! Très discret! 
De voir son projet le 357C ainsi associé à la Commission Charbonneau est ni plus ni moins que la mort pour son établissement qui est en fin de compte un restaurant de luxe privé. 
Selon-moi, il devra attendre 5 ans avant que les dommages soient oubliés du public ou simplement changer de vocation et de nom d’établissement. Mais le restaurant a du plomb dans l’aile pour ne pas dire mortellement atteint. 
En conclusion, deux éléments: 
1. Le projet que j’avais proposé à Daniel Langlois avec mon groupe d’associés n’avait pas été retenu…; 
2. Je n’ai jamais été invité au fameux Club 357C!
À suivre… 
Photo 1: Daniel Langlois (2012) ;
Photo 2: Daniel Langlois (1986);
Photo 3,4 et 5: Club 357C (photo site internet du club privé);
Voir reportage La Presse ; 
Voir site Internet Club 357C
Voir reportage magazine Libération (février 2000) ;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :